5 – Deux règles de la sociocratie

De la sociocratie, il est possible d’isoler deux règles que nous pourrions peut être appliquer dans nos réunions d’assemblée communale :
1 – La règle de l’équivalence
Les membres de la commission se disposent dans la salle afin qu’il n’y ait pas de hiérarchie ‘spatiale’ (par exemple, des élus et des non-élus se faisant face). La disposition la plus simple étant de se disposer en cercle, autour d’une table (avec tirage au sort des places).
Personne n’aura de rôle prédominant, chacun aura le même droit à la parole et chacun apportera les solutions ou les idées dont nourrira l’assemblée.
2 – La règle du consentement
Dans une concertation où l’on pratique la recherche d’un consensus, la somme des compromis effectués va créer de l’insatisfaction,  aussi bien sur la qualité du résultat obtenu que pour les membres qui ont mené la concertation. Souvent, pour ne pas en arriver là, beaucoup vont préférer ne pas exprimer leurs désaccords, laissant ainsi le champ libre aux leaders (il n’y a pas d’équivalence).
Avec le consentement, on demandera aux membres de l’assemblée d’exposer leurs objections raisonnables (reconnues comme telles par le groupe). Ensuite, on s’attachera à résoudre une à une toutes les objections, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. il faudra veiller à ce que toutes les voix discordantes aient pu s’exprimer et que toutes les objections énoncées ont bien été traitées. En faisant cela, on a moins tendance à discuter pour convaincre les autres que l’on a raison.
Lorsque plus personne ne proposera d’objection à la proposition, elle sera acceptée (décision validée). En procédant ainsi, on ne dénaturera pas la proposition à l’origine de la concertation et les membres de l’assemblée seront contents de ne pas avoir eu à faire de concessions.

 

(1) – Les citoyens ont des chances égales d’influencer le résultat du vote.
(2) – La frustration de la minorité perdante sera d’autant plus forte que le résultat du vote aura été serré.

(3) – À chaque vote, peut être y a-t-il des conseillers qui se rangent à l’avis du groupe en donnant leur ‘consentement’ ?

Pour en savoir plus sur la sociocratie, consulter :
– « Vivre en sociocratie »
– « La sociocratie ne requiert pas la solidarité »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *